Phrase-résumée du livre “Face à la violence, se préparer à l’inattendu” : L’auteur nous parle des éléments fondamentaux du déroulement d’une agression physique, par des détails donnés avec un réalisme et une sincérité des plus efficaces et des plus précis et dont nous pouvons faire face en s’informant et en s’entraînant régulièrement.

De Rory Miller, 2017 (Budo Editions), 256 pages

Titre original : Facing violence, Preparing for the Unexpected

Chronique et résumé du livre “Face à la violence, se préparer à l’inattendu”

Rory Miller est un ancien officier de pénitencier américain qui a exercé pendant 17 ans. Il s’intéresse aux arts martiaux depuis 1981. Et aujourd’hui, il forme les gardiens de prison à gérer intelligemment les prisonniers dont ils ont la charge. Dans ce livre, il explique la réalité profonde d’une agression, le comportement adéquate tout au long de ce processus et son point de vue sur la self-défense.

Chapitre 1 – Légalité et éthique

En premier lieu, l’auteur conseille de te renseigner sur les lois et la jurisprudence en vigueur concernant l’autodéfense, l’usage de la force et leur justification dans ton pays. Et ce, avant de devoir te défendre lors d’une agression physique. Cela te permettra de recourir à la légitime défense de plein droit.

1.1 – Légalité

Face à la violence, se préparer à l'inattendu
NicoElNino

Au cours d’une agression, si tu as recours à la force physique alors tu dois pouvoir le justifier (au tribunal) notamment par l’identification de la menace (l’agresseur). Il existe 4 critères pour le faire :

  • L’intention : l’agresseur t’a clairement ciblé. (ex : il te le dit ou te désigne de façon hostile.).
  • Le moyen : l’agresseur utilise ses armes naturelles, une arme à feu, une arme blanche ou autre.
  • L’opportunité : il a l’occasion de venir directement jusqu’à toi.
  • L’absence d’alternative : tu devras expliquer au jury pourquoi l’usage de la force était la seule alternative que tu avais.

1.2 – Ethique

Pour survivre, l’être humain peut être amené à faire des choses terribles (ex : tuer un autre être humain). L’auteur présente donc 4 éléments qui déterminent notre faculté d’arriver ou non jusqu’à ces cas extrêmes. Les voici :

  • Les croyances : ce qui est réel pour nous (ex : les hommes ont marché sur la Lune.).
  • Les valeurs : ce qui est important et ce qui ne l’est pas (ex : le travail, c’est la santé !).
  • La morale : ce qui est bien et ce qui est mal (ex : il ne faut pas tuer ses semblables.).
  • L’éthique : ce sont les règles que l’on se fixe à soi-même (ex : ne jamais téléphoner en conduisant.).

Chapitre 2 – La dynamique de la violence

Dans ce chapitre, Rory Miller nous informe qu’il y a 2 types de violence : la violence sociale (violence au sein d’une même espèce) et la violence asociale (relation entre prédateur et sa proie).

2.1 – La violence sociale

Ainsi, la violence sociale renvoie à 4 processus :

  • La parade de domination : jeu de domination entre espèces (ex : regard menaçant ou insultes gratuites).
  • La parade de domination de groupe : démonstration de solidarité du groupe (ex : violenter un intrus au groupe).
  • La raclée éducative : c’est un rappel à l’ordre simple et rapide (ex : une gifle).
  • La démonstration d’affirmation de statut : le but est de “briser” les règles de la société (ex : séquestrer un individu).

2.2 – La violence asociale

Par l’utilisation de l’attaque surprise ou du charme (ex : demander l’heure), l’agresseur peut sévir pour 2 raisons bien distinctes : obtenir quelque chose de toi (prédateur ressource) ou faire des crimes (prédateur ordonné).

Chapitre 3 – L’évitement

Afin d’échapper à une éventuelle agression, nous avons 3 stratégies à notre disposition. Ce sont les suivantes :

  • L’absence : évite dans la mesure du possible les endroits à risques (ex : les bars, les territoires de gangs…), la drogue, l’alcool.
  • La fuite et l’évasion : sois prêt à courir (même blesser), prends de la distance, sois concentré sur ce que tu fais (pour ne pas paniquer), étudie le terrain (ex : fenêtre à briser, faux plafonds, caméra…).
  • La désescalade (avoir la capacité de calmer l’agresseur) : te connaître toi-même (apprends continuellement, observe ton langage corporel, la perception des autres sur toi…), connaître le monde actuel (fais confiance à ton intuition, ne soutiens pas un regard, observe les habitués d’un lieu…), connaître la menace (demande-toi pourquoi un individu est gentil avec toi, fais attention aux informations transmises à un inconnu…), l’échange verbal (méfie-toi d’un individu s’approchant de trop près, continue à marcher si un individu louche t’aborde…).

Les états mentaux altérés

Ici, l’auteur traite d’un sujet particulier. A savoir les états mentaux altérés (les drogués, les malades mentaux, les alcooliques et les personnes avec des émotions extrêmes). Il donne du coup des conseils pour mieux les gérer :

  • Observe ce qui le détend ou le rend agité.
  • Ne les regarde pas dans les yeux.
  • S’il crie alors tu dois partir.
  • Fais comme lui au début et incite-le à faire comme toi par la suite (tactique de l’auteur).
  • Dis-lui ce qu’il doit faire calmement.
  • Aie un plan de rechange : utilise la force, si cela s’avère nécessaire.
  • Méfie-toi des simulateurs : les vrais déséquilibrés ne s’occupent pas de leur tenue vestimentaire, de leur hygiène de vie, essayent d’agir comme des personnes normales et ont réellement peur. Alors que les soi-disant déséquilibrés font tout le contraire ❗

Chapitre 4 – Contre-attaque

Concernant la contre-attaque, Rory Miller indique que la vitesse est un point déterminant pour s’en sortir. Il conseille de travailler ses réflexes par des stimulis (ex : frappe frontale, attaque par-derrière…). L’idée est d’observer pour comprendre ce qui se passe puis prendre la décision et agir en conséquence. En cas d’attaque de face, tu dois être proche de ton agresseur pour neutraliser les attaques circulaires et parer ses coups de pied. Si tu te fais soulever du sol (ex : en boîte de nuit !), alors accroche-toi et relâche-toi de tout ton poids sur les bras de la personne. Cela pourra provoquer sa chute. 💪

En outre, les fondamentaux d’une bonne contre-attaque sont la rapidité, l’efficacité, la simplicité, la facilité d’entraînement, l’enchaînement, les réflexes et sans avoir à s’adapter. Pour l’auteur, un mouvement parfait suppose d’améliorer ta position, de perturber celle de l’agresseur, de te protéger de dommages potentiels et de lui causer des dommages.

Chapitre 5 – La tétanisation

L’auteur définit la tétanisation comme un état dans lequel on est incapable de bouger alors même que l’on est en danger (ex : face à un animal sauvage). Aussi, il existe 5 types de tétanisation :

  • La tétanisation tactique : chercher à passer inaperçu, calmer la menace et récolter des informations pour s’échapper (pendant que nous sommes tétanisés).
  • La tétanisation physiologique : cela renvoie au temps que l’on va prendre à passer de la tétanisation au “mode survie” (se décider à bouger).
  • La tétanisation mentale non-cognitive : ce sont des problèmes qui ont généré des habitudes en nous.
  • La tétanisation cognitive : il s’agit d’un trop grand nombre d’informations à traiter.
  • La tétanisation cognitive sociale : c’est le fait de s’appuyer sur des règles sociales dans une situation non civilisée (ex : agression).

Toutefois, les solutions contre cet état négatif sont les suivantes :

  • Te parler à toi-même : admettre que tu es tétanisé et ensuite te persuader de faire quelque chose.
  • Aie confiance en toi : s’entraîner régulièrement.
  • Prends le contrôle de tes pensées : se focaliser sur le positif.
  • Prends l’habitude de faire les choses désagréables rapidement et sans hésitation. 👍

Chapitre 6 – Le combat

Dans une opposition physique, Rory Miller mentionne 5 points essentiels à retenir :

  • Nous-même : écoute ou parle avec l’agresseur tout en regardant ton environnement (issue de secours), fais de la méditation, focalise-toi sur le moment présent, parle à haute voix pour mieux respirer.
  • L'(les) agresseur(s) : adapte-toi à lui (personnalité, attitude…), sois vigilant à son contact (risque de transmission d’une maladie par le sang ou la salive).
  • L’environnement : un élément qui t’entoure que tu auras vu et exploité avant ton adversaire, pourra t’aider à t’en sortir.
  • Le hasard : apprends à voir et à saisir les opportunités (ex : ouverture pendant un combat), garde l’avantage dans la confrontation, ressaisis-toi lors des moments d’accalmie (respirer, observer, chercher de l’aide, réfléchir).
  • Le combat lui-même : implique les témoins, déclenche une douleur chez l’adversaire.

Chapitre 7 – L’après

Dès la fin d’une agression, l’auteur nous fait savoir que nous devons prendre en compte 4 données primordiales :

  • Le médical : vérifie tes blessures, bois beaucoup d’eau après une bagarre, effectue des séances de kinésithérapie (si recommandé).
  • Les conséquences légales : en présence de la police et au tribunal, laisse les témoins raconter l’histoire (si tu innocent), ne parle qu’en présence de ton avocat et sois sage et honnête.
  • Les séquelles psychologiques : essaye d’oublier l’agression, exprime tes sentiments (la rage, la colère…) auprès de ton entourage, fais un débriefing de la situation pour apporter des axes d’amélioration, sois responsable de tes actes (ne te victimise pas).
  • Les représailles : rassemble des informations sur l’agresseur (appartenance à un gang, le temps d’attente avant une deuxième attaque, le véritable objectif de son agression…), sois vigilant.

Conclusion de “Face à la violence, se préparer à l’inattendu” de Rory Miller

Je suis très content et agréablement surpris de ce livre. Très content d’enrichir mes connaissances grâce à la longue expérience (38 ans) en self-défense de son auteur. Et agréablement surpris de l’honnêteté et de la justesse de ces propos. Avant, je ne m’intéressais qu’au combat en lui-même. Mais ce livre m’a éclairci l’esprit sur ce qui se passe en amont et surtout en aval d’une agression physique (police, tribunal…).

A la lecture de cet ouvrage, je me dois de redoubler de prudence par rapport à l’environnement qui m’entoure sans être paranoïaque (Il faut profiter de la vie.). Et aussi de m’informer régulièrement sur la législation en self-défense. Toi futur lecteur, je t’invite à prendre le temps de la réflexion concernant l’attitude que tu pourrais avoir en cas d’agression.

Points forts :

  • Un discours réaliste et juste (sans langue de bois).
  • Un point de vue globale et détaillé du processus d’une agression (lois en vigueur, types d’agresseurs, séquelles médicales et psychologiques…).
  • Thématique importante, car elle est omniprésente dans la société.

Point faible :

  • Langage technique pour les débutants.

Ma note est de 5/5

Face à la violence, se préparer à l'inattendu
gn illustrator

Visite Amazon afin de lire plus de commentaires sur le livre “Face à la violence, se préparer à l’inattendu”.

Visite Amazon et achète “Face à la violence, se préparer à l’inattendu”.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *