En premier lieu, se défendre soi-même signifie développer ta capacité mentale et physique pour assurer ta survie en cas d’agression. Cela passe par un état d’esprit positif et déterminé et l’utilisation de techniques simples et efficaces avec un minimum de prise de risques. Aussi, ton objectif est d’éviter le combat. Et ce, en contournant les situations dangereuses, en parlant avec ton agresseur ou en te servant d’armes de défense.

    Toutefois, si ton assaillant ne te laisse aucune échappatoire, tu vas devoir te défendre pour la trouver. Mais méfie-toi tout de même de l’aspect légitime de la situation. C’est-à-dire que ta riposte doit être proportionnelle à la tentative d’agression subie. Afin que la législation te donne raison. 📕

    Par exemple, abstiens-toi de te défendre face à un agresseur non armé équipé d’un fusil à pompe. Ici, tu admettras que les forces de frappe sont clairement déséquilibrées. Sinon, tu as la possibilité de te servir de tes armes naturelles pour te protéger. Je t’en parle un peu plus tard dans l’article.

1 – Les 9 sens du corps humain

Oui, tu as bien lu ! L’être humain possède non pas 5, mais 9 sens. Je l’ai découvert en faisant des recherches pour cet article. C’est François Le Corre, docteur spécialiste des sens, qui l’a découvert. Voici sa fiche de présentation.

Il y a donc les 5 sens externes que tu connais bien : le touché, l’odorat, la vue, l’ouï et le goût. Mais nous avons en plus 4 sens internes qui sont :

  • La thermoception : c’est la capacité à ressentir les températures.
  • La nociception : elle permet de ressentir la douleur.
  • La proprioception (ou kinesthésie) : la faculté de localiser nos propres membres.
  • L’équilibrioception : elle nous aide à maintenir notre équilibre.

En cas d’agression, les 3 dernières peuvent être utiles. Ressentir la douleur te donne une idée des zones du corps qui sont plus sensibles que d’autres. Localiser tes membres va te faciliter les choses si tu as les yeux bandés ou que tu es attaché la tête en bas. Et garder ton équilibre est primordial pour se déplacer, attaquer et se défendre face à agresseur.   

2 – Les armes naturelles

1 – La tête

Ton crâne est une arme très puissante et qui peut faire très mal. Mais à utiliser avec précaution pour ne pas se retrouver inconscient et mâcher le travail de l’agresseur. Ainsi, tu peux :

  • Donner un coup de tête sur le nez : à mon sens, c’est la meilleure façon d’utiliser sa tête en combat.
  • Mettre un coup de tête dans le ventre a déjà fait ces preuves. Demande à Marco Materazzi ! ⚽
  • Tête contre tête est à éviter. L’idée d’une frappe est de faire mal à l’autre personne, pas à nous-même. Donc, ne le fais qu’en dernier recours. OK ?
  • Crier dans les oreilles : cela surprend fortement et déstabilise.
  • Mordre la peau est à proscrire : l’agresseur peut être porteur de maladie. Sauf si tu n’as pas le choix.
  • Cracher au visage : ce n’est pas très élégant. Mais cela permet de détourner l’attention afin de t’échapper.

2 – Les bras

Comment utiliser les armes naturelles pour te défendre ?
Unbox Science

    Nos bras sont de formidables inventions pour se défendre. Avec lesquels, tu peux agripper, crocheter, frapper et bien d’autre choses. Comme :

  • Donner une gifle : c’est la spécialité des femmes qui d’ailleurs, excellent dans cette pratique. Bravo, mesdames !
  • Frapper avec la main ouverte au visage ou au ventre.
  • Frapper avec le dos de la main en fouetté sur les parties génitales.
  • Frapper avec le poing fermé au visage ou au ventre.
  • Tirer les cheveux et les autres parties du corps avec les doigts.
  • Mettre les doigts dans les yeux pour ensuite pousser.
  • Mettre le doigt à la gorge : le majeur de préférence. Cette technique stoppe net ton assaillant.
  • Mettre le doigt sur la cloison nasale et pousser.
  • Etrangler son vis-à-vis : le temps de créer une brèche pour partir se réfugier.
  • Donner un uppercut au menton : tu peux enchaîner avec une frappe au ventre.
  • Mettre un crochet au visage ou dans les côtes flottantes.
  • Donner un coup de coude dans la mâchoire.
  • Frapper en revers marteau : c’est un coup donné avec la partie du poing fermé que vous utilisez pour « taper du poing sur une table ». Si tu visualises ce que je veux dire.

3 – Les jambes

Comment utiliser les armes naturelles pour te défendre ?
svgsilh

   En outre, tu peux te servir aussi de tes jambes. Cela dit, fais bien attention à maintenir ton équilibre en donnant tes coups ou dans tes éventuels enchaînements. Pense de même à garder une bonne distance de sécurité entre l’agresseur et toi. Au moins 3 mètres suffisent ! Donc, tu as le choix de :

  • Donner un coup de pied au ventre ou au visage : mets les orteils en avant au moment de l’impact et pousses bassin vers l’avant.
  • Quand on t’étreint par-derrière, frappe avec le pied à l’horizontale sur la jambe de l’assaillant pour te libérer ou écrase son pied avec le tien.
  • Donner un coup avec la jambe tendu entre les parties génitales.
  • Donner une frappe au niveau des jambes (low-kick), au niveau de la taille (middle-kick) ou au niveau du visage (high-kick).
  • Pour frapper l’assaillant qui est dans ton dos, penche-toi vers l’avant tout en regardant la cible.
  • Frapper avec ton genou sur les parties génitales ou le genou même de l’adversaire : cette technique est très efficace lorsque tu es collé à lui.

En résumé, je t’ai donc présenté les nombreuses façons de te servir des membres de ton corps. Je t’incite à tester ces techniques en y allant avec implication et délicatesse.

Article similaire : Les bases de la self-défense

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6 thoughts on “Comment utiliser les armes naturelles pour te défendre ?

  1. Gabrielle says:

    Merci pour ces explications ! Après effectivement il faut de l’entraînement parce que je suis loin de maîtriser tout ça. Et pendant l’entraînement j’ai peur de faire mal à l’autre… OUPS !

    Répondre
    1. David Belleau says:

      Salut ! Je pense que dans toute nouvelle activité, il y a une phase d’apprentissage qui passe par l’entraînement. C’est pareille pour la self-défense. Mais comme je le dis régulièrement, les techniques sont simples à réaliser et d’une efficacité redoutable. La motivation et la détermination font le reste.

      Pour ce qui est de blesser ton partenaire, c’est une possibilité. Cela dit, l’idée est au minimum de toucher ta cible (visage, ventre…) avec une force plus ou moins importante. Et parfois d’utiliser des protections pour éviter de lui faire mal.

      Répondre
  2. Arthur Debons says:

    J’avais jamais pensé à crier dans les oreilles, je note ça !

    Merci pour tous ses conseils de qualité 🙂 Ayant fait de la self-défense je ne peux qu’appuyer le fait que les parties génitales sont une cible de choix lorsque l’on a pas le choix.

    Merci pour cet article 😉

    Arthur

    Répondre
    1. David Belleau says:

      Salut ! Oui c’est une technique qui provoque un bel effet de surprise. Les parties génitales sont également une zone très sensible. Merci, camarade de self-défense ! 💪

      Répondre
  3. Pierre-Favre says:

    Crier surprend et déstabilise, c’est très juste.
    Une petite anecdote, un jour alors qu’une personne fracturait les caisses enregistreuse dans un magasin j’ai voulu intervenir. Au moment ou il a compris que j’avais l’intention de m’opposer à lui il a poussé un cri. C’est très bête à dire, mais ce cri m’a tellement surpris que tout c’est embrouillé dans mon cerveau. Et les fraction de seconde qu’il a fallu pour reprendre le contrôle de mon esprit lui avait permis de faire la moitié de la distance qui nous séparé…

    Répondre
    1. David Belleau says:

      Bonjour ! Belle anecdote révélatrice de l’efficacité de cette technique. Et Merci de confirmer mes propos.😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *