Plus il y a de la difficulté, plus on doit rester calme

Dans une situation de crise, comme une agression physique, plusieurs éléments sont à prendre en compte. Par exemple, ne pas pouvoir bouger parce que on a peur ou frapper l’agresseur sans que cela ne lui fasse mal. Il y a aussi un élément important qui, s’il se produit ou non, peut soit aggraver la situation, soit te permettre de résister.

Effectivement, il s’agit de chuter et de se retrouver au sol en pleine agression. Je te propose alors de t’énumérer 5 erreurs à éviter pour que cela n’arrive pas. Et bien sûr, des conseils utiles, selon moi, que tu peux suivre face à ce cas probable. 👇

1 – Perdre l’équilibre

5 erreurs à éviter pour ne pas te retrouver au sol
frankie’s

A priori, trois choses peuvent nous faire perdre notre équilibre : l’environnement, l’agresseur et nous-même. Lors d’une agression, on peut tomber à cause d’un liquide au sol ou d’une chaise si on est en intérieur. Etre poussé ou frappé est à envisager évidemment. Il y a aussi une technique de défense que l’on réalise mal et qui n’a pas l’effet escompté.

A ce propos, je me rappelle un jour où j’ai chuté de façon anodine chez moi. Cela s’est produit, il y a six ou sept ans. J’étais en train de discuter dans la salle à manger avec un proche à moi. De quel sujet ? Aucune idée ! Mais je me souviens seulement que je voulais lui mimer un mouvement et que je me suis retrouvé au sol. Tu t’en doutes ? Mon proche a rigolé. Et moi, un peu moins. 😬

La morale est que tu dois bien ancrer tes pieds au sol en prenant correctement tes appuis. Il faut aussi éviter les gestes brusques quand tu fais une technique. Si celle-ci n’est pas maîtrisée.

2 – Utiliser que les jambes

A trop utiliser nos jambes dans une opposition physique, on risque de tomber plus facilement. Ce n’est pas une citation, mais une évidence à mon sens. Et à force de frapper qu’avec ses jambes, l’adversaire va s’y habituer pour mieux te contrer à un moment donné. Il peut aussi arriver que ce même agresseur attrape une ou tes deux jambes pour les tirer en arrière. Cela provoque ainsi ta chute.

Au corps-à-corps, j’ai toujours pensé qu’il fallait varier les zones où l’on frappe. Par exemple, donner un coup de poing droit au ventre, puis un crochet du gauche à la mâchoire. Et ainsi de suite. Je t’incite alors à varier tes attaques afin de solliciter tous tes membres et “animer” ta défense. Utilise également des armes de défense (exemple : une matraque).

3 – Ne pas récupérer ses jambes

Après un coup de pied vers l’agresseur, tu es supposé les ramener vers toi par mesure de sécurité (se rééquilibrer), pour t’échapper et pour les réutiliser à nouveau. Cela doit être un réflexe. Sinon, l’agresseur a l’occasion de les tirer vers lui, de les frapper ou de te blesser avec une arme blanche. 🔪

Donc, ramène ta jambe juste après que l’agresseur est commencé à reculer à cause de la puissance ton coup de pied. Comme cela, tu réduis ces chances de te mettre à terre.

4 – Laisser l’agresseur s’approcher

Face à un individu malveillant, la meilleure défense est une bonne distance de sécurité. Tes chances de survie augmentent si la menace se trouve loin. C’est logique, mais il est bon de le rappeler😉. Si l’individu possède une arme à feu, comme un fusil à pompe ou un sniper, alors la distance ne sert à rien. Proche de toi, il peut te mettre une balayette pour te déséquilibrer.

Ainsi, l’idée est de maintenir une distance de sécurité suffisante entre l’agresseur et toi pour te protéger et pour pouvoir t’échapper. Mettre une chaise ou une porte entre vous semble une idée intéressante.

5 – Ne pas observer autour de soi

Scanner l’environnement doit être une habitude voire un réflexe dans notre vie de tous les jours. Dans un conflit, regarder te permet de prendre conscience de la situation et de ce que tu es en train de faire. Cela t’évite de trébucher sur une flaque d’eau, une huile de moteur ou sur la marche d’un trottoir. Si tu observes autour de toi, alors tu auras repéré l’agresseur dans ton dos ou que l’agresseur face à toi cache ses mains.

D’après les spécialistes, les cellules sensorielles de l’oreille interne et de l’œil, et nos réflexes nous permettent de garder notre équilibre. Et ce, grâce aux informations vues par nos yeux. Mon conseil : ouvre les yeux ! 👀

Pour conclure, ce n’est parce que tu es au sol que c’est fini. Non ! Tant que tu es en vie, rien n’est fini. Continue à te battre pour ta survie. Coûte que coûte ! Le mental est une aide précieuse. Personnellement, je n’y arrive pas toujours. Je suis humain après tout. Mais je sais au plus profonde de moi que l’état d’esprit est l’élément fondamental dans cette situation de crise.

Dis-moi en commentaire s’il y a d’autres erreurs à éviter pour ne pas finir au sol lors d’une agression physique. 👍

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *